À PROPOS

Une initiative des Alsaciens de l’étranger pour promouvoir l’alsacien, langue Maternelle de “Lady Liberty”

En avril 2002, le programme “Friejohr fer unsri Sproch” (Un printemps pour notre langue) a été lancé en Alsace afin de revivifier la langue alsacienne qui, selon une enquête, n’est plus parlée que par moins de 5% des enfants d’Alsace de moins de 10 ans. Un sondage montre que 548 000 personnes parlent encore cette langue en 2002, sur une population de 1,7 million d’habitants.  Cette campagne vise à mobiliser les énergies des citoyens, des associations et des organisations, afin de promouvoir l’utilisation de notre langue. En 2009, cette campagne a généré plus de 300 événements en Alsace.

De Castroville (Texas) à Liberty Island (New York) avec Adrien Zeller

8 avril 2002

Au cours de l’ouverture officielle de la Maison alsacienne de la Petite Alsace du Texas à Castroville, le Père Larry Stuebben, prêtre de la communauté alsacienne du Texas, a exhorté les représentants d’Alsace à préserver la langue alsacienne, en tant que lien le plus fort entre les Alsaciens à travers le monde. Une délégation de huit Alsaciens de New York avait pris part à cet événement. Après l’événement, Justin Jungman, Président du “Alsatian Club of Texas”, Guy Holzhaus, ancien Maire-adjoint de la petite Alsace du Texas, Thierry Kranzer, représentant les Alsaciens de New York, et Adrien Zeller, Président de la Région Alsace ont discuté de l’opportunité de rassembler les Alsaciens de l’étranger autour du thème de la langue alsacienne.

19 octobre 2002

Saisissant l’opportunité de la présence du Président Adrien Zeller et de François Brunagel, Président de l’Union internationale des Alsaciens (UIA), L’Union Alsacienne, à l’initiative de Thierry Kranzer, a organisé un rassemblement sur Liberty Island à l’ombre de la statue de la liberté, qui consista en la signature de la Déclaration de Liberty Island. Par cette déclaration, les organisations d’Alsaciens – New York, Ohio, Texas, Québec – se sont engagées à soutenir la création aux Etats-Unis d’un Fonds pour la préservation de la langue alsacienne, et de promouvoir son objet auprès de leurs communautés respectives, dans le souci de préserver la langue alsacienne en tant que langue maternelle de la Statue de la Liberté, née à Colmar.

Récolter des fonds afin de fournir des locaux pour des jardins d’enfants en immersion en Alsacien

La création d’un Fonds américain pour promouvoir cet objectif a été proposée comme la contribution la plus efficace des Alsaciens de l’étranger, notamment aux États-Unis. Son principal objectif sera de récolter des fonds afin de financer des locaux pour le premier jardin d’enfants en immersion complète en alsacien qui est considéré comme le meilleur moyen de garantir aux enfants un accès à une réelle éducation bilingue. Chaque année, en raison de l’insuffisance de locaux, des centaines d’enfants ne peuvent avoir accès à l’enseignement bilingue.

L’Union Alsacienne / Language Fund

Le premier événement de récolte de fonds a été organisé grâce à la collaboration du Chef alsacien, Pierre Schaedelin, en 2002, au soir de la signature de la « Déclaration de Liberty Island ».  Un diner gastronomique, en présence d’Adrien Zeller, Président de la Région Alsace, et François Brunagel, Président of L’UIA, Mme Françoise Cestac (née Haeffelin), Présidente de l’Association Culturelle Francophone de l’ONU (ACF) et Clément MBOM, Président de l’Association des professeurs de Français aux Etats-Unis (ATF) a eu lieu au prestigieux restaurant Le Cirque. Le chef a décidé de reverser les subsides du repas au fonds pour la langue alsacienne. Plusieurs événements ont été organisés par la suite et les Membres de l’UnAl ont été invités à faire une contribution en adressant un chèque à l’ordre de “L’Union Alsacienne/Language Fund”.

Unir les Alsaciens du monde autour de la préservation de la langue maternelle

Il a été suggéré d’inviter les 25 organisations d’Alsaciens à travers le monde à procéder à une contribution annuelle à ce fonds visant à  préserver notre langue maternelle, qui est aussi la langue maternelle de la Statue de la liberté.  Aujourd’hui, l’Alsace demeure la seule région de France disposant d’une langue minoritaire sans disposer de jardin d’enfants en immersion complète en langue régionale. Pourtant l’alsacien, avec ses deux variantes, “l’alémanique et le francique”, est parlé dans des variantes similaires dans six pays: Allemagne (Baden Wurtemberg et Bavière); en Suisse (quatre millions d’habitants parlent suisse alémanique); en Autriche (au Vorarlberg d’expression alémanique); au Liechtenstein (de langue alémanique); en Italie (Sud Tyrol d’expression alémanique) ; et la France (Alsace et Moselle).

Aujourd’hui, selon de nombreuses déclarations d’élus alsaciens, le système d’éducation français semble incapable de répondre à la demande des parents en matière d’enseignement bilingue.

En 2002, le Ministre de l’Education Nationale, M. Jack Lang a signé un décret fixant à 40 le nombre minimum de nouvelles classes maternelles bilingues devant être ouvertes chaque année en Alsace. En Septembre 2002, seulement cinq ont été ouvertes sur les 40 promises (20 pour le Bas-Rhin et 20 pour le Haut-Rhin). Répondant à l’inquiétude des élus alsaciens, le représentant local du Ministère de l’éducation a déclaré que “l’éducation bilingue n’était pas un droit en Alsace”. Face à ce manque de volonté, l’idée a germé que les Alsaciens de l’étranger puissent s’engagent pour fournir des locaux aux parents qui aspirent à un enseignement bilingue pour leurs enfants.

Préserver la langue maternelle de la Statue de la Liberté

Nous sommes convaincus que la réponse la plus adéquate des Alsaciens d’Amérique et fils de la Statue de la Liberté, et des Alsaciens de l’étranger en général, sera cette contribution pour préserver l’élément le plus fort de l’identité alsacienne : notre langue maternelle, la langue de la statue de la  Liberté.

Le coût d’une salle de classe mobile aux normes de l’Education nationale (50 mètres carrés pour 25 élèves) est de 36 000 euros en 2012. Cette somme permettra à 25 élèves d’accéder à l’enseignement bilingue et de maîtriser une langue qui représente une ancre à laquelle nous pouvons nous accrocher dans les eaux troubles de la mondialisation.

Rédaction et traduction de la déclaration

Il est intéressant de noter qu’un impressionnant réseau d’Alsaciens a contribué à la rédaction et à la traduction dans de nombreuses langues de la  Déclaration. La déclaration a été rédigée par deux  Américains d’origine alsacienne, Christian Klein et Jeremy Legatt. Christian Klein, avocat à Washington, est le fils de Jacques Paul Klein, général américain né à Sélestat en 1939 et qui parle couramment l’alsacien. Jeremy Legatt, un ancien éditeur du service de presse de l’ONU qui a des ancêtres alsaciens et a traduit en anglais les “Mémoires de Valery Giscard D’Estaing”.

Pour la traduction de la Déclaration dans les six langues officielles de l’ONU, nous avons bénéficié de plusieurs contributions. La traduction chinoise a été réalisée par une interprète de l’ONU, qui a fait ses études à Strasbourg avant de rejoindre l’ONU. La traduction arabe a été réalisée par un diplomate jordanien, ami de l’Alsace. La traduction russe a été réalisée par une interprète de Tambov, la plus alsacienne des villes russes.

L’appui du rapport du Conseil Economique et Social de l’ONU (ECOSOC) du 7 mars 2005.

Ce rapport sans précédent tend à démontrer que les modèles éducatifs appliqués aux enfants appartenant à des minorités, qui utilisent essentiellement les langues dominantes ont des conséquences tout à fait négatives au regard des objectifs fixés par les instruments des droits de l’homme et donc au regard du droit à l’éducation.

Il s’appuie sur des considérations et les résultats de travaux concernant divers domaines : droit international, éducation, linguistique appliquée, psychologie et sociologie.  Ce rapport démontre que l’enseignement dispensé dans la langue nationale dominante est en complète contradiction avec les théories concernant les meilleurs moyens pour atteindre les objectifs que vise une bonne éducation.

Le mode d’éducation actuel porte atteinte en outre au droit qu’ont les parents de transmettre leurs propres valeurs, y compris leur propre langue, aux générations suivantes. Le rapport s’achève par un certain nombre de recommandations. Il recommande, entre autres,  aux gouvernements que tous les programmes d’enseignement pour les enfants et les jeunes autochtones soient fondés sur les résultats des travaux de recherche sérieux menés pendant de nombreuses années, selon lesquels l’enseignement bilingue utilisant essentiellement la langue minoritaire comme vecteur produit des résultats supérieurs à toutes les autres méthodes d’enseignement, s’agissant de l’alphabétisation et de l’acquisition de connaissances en général, et favorise “l’épanouissement de l’enfant et le développement de ses dons et de ses aptitudes mentales et physiques, dans toute la mesure de leurs potentialités”.

22 Juin 2010 : Une première étape

Le 22 Juin 2010, le Fonds pour la langue alsacienne a eu son premier impact.  Benoit Meister, Vice-président of L’Union Alsacienne a porté une somme de 7200 dollars à l’école bilingue ABCM Bindernheim-Muttersholtz, qui rassemble 52 élèves des deux cotés du Rhin. Ce don appuiera la création de nouveaux locaux dans le cadre de l’extension de l’école. L’association Heimetsproch (Selestat) s’associe à cette initiative en ouvrant un compte “Elsasser Schüel” pour appuyer cette initiative.

Août 2011 : Création du Fonds International en France

Les statuts du FILAL sont signés durant l’Assemblée générale de L’Union internationale des Alsaciens (UIA) en présence de d’Alsaciens établis dans une vingtaine de pays. En octobre 2011, dans le contexte du 125ème anniversaire de la Statue de la liberté, les statuts du FILAL sont déposés au Tribunal administratif de Colmar (Ville natale de Miss Liberty), et le FONDS officiellement créé le 30 décembre 2011.

Advertisements

One response to “À PROPOS

  1. Pingback: Ragnarök | La cigogne enchainée

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s