Gros plan sur la polémique des produits interdits au marché de Noel de Strasbourg

Jeudi dernier, la mairie de Strasbourg a annoncé une liste officielle des produits interdits au marché de Noël de Strasbourg 2022. Cette actualité n’a pas laissé de marbre les Alsaciens et fait énormément réagir. La municipalité EELV se justifie à l’heure où l’opinion publique partage sa contrariété. Que s’est-il passé exactement ?

La liste des produits interdits au marché de Noël de Strasbourg

Le marché de Noël de Strasbourg est l’un des plus grands marchés européens. Fondé en 1570, le marché plusieurs fois centenaire attire depuis des décennies plus de 2 millions de visiteurs annuels. Strasbourg revêt ainsi sa parure de Noel et se positionne comme une ville incontournable durant les festivités de fin d’années. Toutefois, le marché représente essentiellement un grand enjeu économique avant tout, avec plus de 300 millions d’euros de chiffres d’affaires en quelques semaines.

Rendez-vous traditionnel des Strasbourgeois et des Alsaciens en général, l’annonce de l’interdiction de certains produits à créer une polémique autour du marché de cette année. Parmi les objets concernés, nous retrouvons par exemple les casquettes, les parapluies, les ponchos, ainsi que les bottes de Noel. Mais ce sont les produits alimentaires qui ont fait le plus réagir, notamment l’interdiction de la tartiflette, de la raclette ou encore du pop-corn. La liste affiche plus de 350 produits écartés pour diverses raisons par la « commission consultative de sélection », affiliée à la municipalité de la ville.

Lire :   Comment trouver les meilleurs biens immobiliers et programmes neufs à Strasbourg

Les produits sous réserve, une autre polémique

Polémique dans la polémique, les produits dits « sous réserve ». Situés entre les produits interdits et ceux autorisés, les produits sous réserves peuvent être acceptés, à condition qu’ils soient de bonne facture et fabriqués en Europe. Ainsi, des membres de la commission entretiendront un dialogue avec les commerçants souhaitant vendre des produits « sous réserves » pour connaître leur provenance.

Cependant, c’est l’ajout du crucifix dans cette liste qui en a choqué plus d’un. Beaucoup y voient une atteinte à la symbolique première de Noel et la religion qui a aujourd’hui donné cette fête et son marché.

Une décision démocratique, mais qui ne fait pas l’unanimité

La mairie défend une décision « prise démocratiquement ». Chaque vote et chaque article a été soumis au préalable à la commission consultative de sélection, composée de 15 membres de différentes professions. Toujours est-il que beaucoup d’élus de l’opposition dénoncent un choix unilatéral. La présence de samoussas ou de produits italiens est acceptée sous réserve là où la tartiflette, la raclette ou le champagne français sont interdits.

Sans oublier que cette liste vient s’imposer à peine 2 mois avant Noël, à une date où la plupart des commerçants ont déjà passé commande pour renflouer leurs stocks.

Lire :   Le bilinguisme : un prisme à différentes facettes

Si la mairie semble avoir fait marche arrière concernant le champagne, le marché de Noël de Strasbourg n’a pas encore fini de faire parler de lui.

Related Post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *