Plus de 60 pédiatres alsaciens lancent l’alerte

Dans une lettre ouverte envoyée au président de la République, plus de 4000 pédiatres français alertent contre la dégradation des services de pédiatrie de l’hôpital, en pleine épidémie de bronchiolite.

Ce cri d’alerte a été relayé par plus de 60 pédiatres alsaciens, tous inquiets de l’état des services de pédiatrie et du ralentissement ainsi que de la baisse de qualité des soins prodigués.

Une lettre ouverte signée par près de 5000 pédiatres

Dans cette lettre envoyée au président Macron, près de 500 pédiatres, qu’ils travaillent dans le milieu hospitalier ou en cabinet, sonnent l’alerte. Si chaque année, l’épidémie de Bronchiolite fait ressentir aux médecins les limites de plus en plus visibles du secteur médical en France, l’année 2022 a sonné comme un glas.

Manque de lits, manque de personnel, les services ne pouvaient plus fournir aux enfants les meilleurs soins possible. D’après les pédiatres, des enfants qui auraient dû rester en observation encore 12h, voir 1 journée ont été renvoyés chez eux par manque d’infirmiers et de médecins.

Le manque de personnel soignant mène à une fermeture des services peu utilisés, et donc des lits. Aujourd’hui, le Grand Est estime une moyenne de 10% de lits pour enfants en moins.

Une situation qui, selon les signataires, met à terme les enfants en danger. Des vies sont en jeu, s’alarment les médecins. Le manque de place favorise les transferts d’enfants d’un hôpital à un autre, quelquefois à des distances inimaginables. Un transfert qui en plus d’éloigner l’enfant de sa région l’éloigne souvent de ses parents.

Lire :   Grève générale en Alsace, la SNCF accuse encore des perturbations

Une épidémie de bronchiolite qui atteint des records

L’épidémie de bronchiolite est bien connue des pédiatres, puisque ceux-ci y ont affaire tous les ans. Pourtant depuis quelques années, cette affection, pourtant connue et prévisible, pèse de plus en plus lourd dans les services hospitaliers.

La bronchiolite est une infection virale des voies respiratoires, principalement des petites bronches, qui atteint les enfants de moins de 2 ans. Elle se caractérise chez l’enfant par une gêne respiratoire, mais également une respiration sifflante et de la toux. Tous les ans, la bronchiolite refait surface en France et atteint son apogée en octobre.

La bronchiolite est responsable de nombreuses hospitalisations chaque année. En moyenne, l’hospitalisation d’un enfant atteint de bronchiolite dure entre 2 et 8 jours, soit bien plus que la durée moyenne d’hospitalisation dans un service de pédiatrie.

Une réponse ambiguë de la part du gouvernement

C’est Agnès Firmin le Bodo, ministre déléguée auprès du ministre de la Santé et de la Prévention, qui prend le micro pour répondre à la polémique. Elle indique que le gouvernement compte sur la « solidarité entre les hôpitaux”, une réponse qui a plus inquiété que rassuré le secteur médical.

Si le gouvernement reconnaît un souci dans le recrutement et les effectifs du personnel hospitalier, il ne semble pas encore décidé à y remédier. 

Lire :   C’est l’heure de la bière de Noel en Alsace

Related Post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *